Poste 11 - sentier thématique dürrenmatt

Les yeux rivés vers le ciel

Friedrich Dürrenmatt est passionné d’astronomie. Il passe des heures à observer le ciel et se rend même à l'observatoire privé du mont Palomar en 1981 pour y voir le plus grand télescope du monde de l’époque. Les découvertes de l’astrophysicien américano-suisse Fritz Zwicky (1898-1974) sur les supernovæ, ces étoiles en fin de vie qui implosent, nourrissent l’imagination de Dürrenmatt. On retrouve ainsi souvent des éléments de l’univers (poussière cosmique, planètes ou étoiles) dans ses tableaux. Il écrit aussi la pièce « Portrait d’une planète » dans laquelle il parle de l’autodestruction du système solaire.
 
Anecdote I
Friedrich Dürrenmatt est tellement passionné par l’astronomie, qu’il s’offre son propre télescope dès qu’il en a les moyens. Il passe alors des nuits entières à observer les étoiles. Son télescope peut aujourd’hui être admiré au Centre Dürrenmatt Neuchâtel (CDN).
 
Anecdote II
Depuis sa résidence du Pertuis-du-Sault à Neuchâtel, Friedrich Dürrenmatt n’observe pas seulement les étoiles, mais suit également les matchs de football qui ont lieu dans le stade de la Maladière, situé en contre-bas, où évolue le F.C. Neuchâtel Xamax.