poste 10 - sentier thématique dürrenmatt

Elsi & Fernand Giauque

Elsi et Fernand Giauque sont deux artistes suisses accomplis. Fernand Giauque naît en 1895 à Bienne et devient artiste-peintre. Il rencontre Elsi (née en 1900 à Wald, ZH) à l’école des arts appliqués de Zurich où elle est l’élève de Sophie Taeuber-Arp. Le couple se marie, s’installe en 1925 dans le vieux château de Festi et s’adonne à leur art. Ils y fondent également une colonie d’artistes, peintres, sculpteurs et écrivains, et montent, avec l’aide d’autres artistes, un théâtre de marionnettes. Elsi installe un atelier de tissage expérimental à la Festi. En 1942 Elsi se divorce de Fernand Giauque et restera à la Festi jusqu’à sa mort en 1989 et fait partie des pionnières de l’avant-garde de l’art textile.
 
Anecdote I
Elsi et Fernand Giauque montent plusieurs spectacles, dont « L’Histoire du soldat » écrit par Ferdinand Ramuz.
 
Anecdote II
Friedrich Dürrenmatt écrit entre outre les œuvres « le Juge et son bourreau » et      « Le mariage de M. Mississippi » lorsqu’il habite avec sa famille entre 1949-1952 chez Elsi Giauque à la Fest

 
Walter Clénin

Walter Clénin est un peintre suisse qui a composé de nombreux paysages et portraits, mais surtout de nombreuses peintures murales commandées par le gouvernement fédéral pour décorer des écoles, des églises et même des expositions nationales et mondiales. Il a ainsi peint huit panneaux pour le Tribunal fédéral de Lausanne ou encore une fresque pour l’aula de l'université de Berne en 1934 (malheureusement murée en 1983 pour cause de controverse). Né en 1897 à Tschugg (BE), il rejoint la colonie d’artistes de la Festi en 1932, où il participe à la production d’un théâtre de marionnettes avec ses amis Elsi et Fernand Giauque. En 1944, Walter Clénin conclut un contrat de vente avec Fernand Giauque pour l’achat de son atelier. Même s’il s’absente de la Festi à plusieurs reprises, entre autres lorsqu’il enseigne l'art de la fresque à l'académie royale d'Amsterdam (1956-1966), il revient toujours à la Festi. Il y termine par ailleurs sa vie en 1988.
 
Anecdote
Aujourd’hui, la fondation « Festi, Walter et Christine Clénin » s’efforce de sauvegarder sa mémoire et de rendre son héritage accessible au grand public, par exemple par la restauration de son atelier à la Festi. (Site web de la fondation)
Illustration © Lucie Fiore